LES PETITS VILLAGES DE LA VALLEE DE L’HERAULT

No Comments

LES PETITS VILLAGES DE LA VALLEE DE L’HERAULT

SAINT JEAN DE FOS

 Histoire

Le vieux village médiéval est une  » circulade de l’An 1000 « . Il s’est développé en rond, autour de l’église romane du XIe-XIIe siècle. Entouré de remparts au XIIe siècle, il a grandi hors de ces remparts du XIVe au XIXe siècle. C’était alors un village de potiers qui resta très important jusqu’au début du XXe siècle. Pendant cette période, oléiculture et viticulture se sont également développées.

Read More

Categories: L'Hérault

LE PONT DU DIABLE

No Comments

LE PONT DU DIABLE

Entre Aniane et Saint-Jean de Fos (Hérault)

Le pont du diable situé à l’entrée des gorges de l’Hérault entre St Jean de Fos et St Guilhem-le-désert serait un des plus vieux pont roman de France car il aurait plus de 1000 ans. Le pont fut construit vers 1036 en collaboration avec l’abbaye de Gellone à St Guilhem et l’abbaye d’Aniane, qui occupaient les rives du fleuve de part et d’autre du pont. L’abbaye d’Aniane paya les matériaux nécessaire à la construction de l’édifice  (pierres de carrière, chaux, sable, fer, plomb, cordes…) L’abbaye de Gellone paya elle l’architecte et le maître maçon. Un contrat précis liait les deux parties et afin de ne point se concurrencer il était formulé sur le contrat que nul des deux contractants à la réalisation de l’ouvrage ne devait en tirer un avantage direct pour sa « paroisse ». Il était stipulé d’ailleurs qu’aucune chapelle ou fort ne devait y être annexé et qu’aucun péage ne devait y être perçu. Le pont était appelé avant le XIV°siècle, « le pont du gouffre noir » en rapport  avec l’étroitesse des gorges situées en dessous du pont. L’ouvrage avait pour but de faire communiquer les deux abbayes et de faciliter le chemin des pèlerins vers St Jacques de Compostelle. En 1932, on construisit un nouveau pont et on ferma l’ancien à la circulation. Le pont est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il y a un troisième pont construit dans les années 1870, c’est un pont canal qui prends l’eau du fleuve Hérault en amont pour la distribuer via un système de canaux d’irrigation vers les petits villages de la vallée de l’Hérault.

Read More

Categories: L'Hérault

LES ALLEES SALENGRO

No Comments

LES ALLÉES SALENGRO

Les allées Salengro (anciennement allées du Tivoli et de la gare) représentent depuis tout temps le lieu de rencontre des clermontais. Que ce soit pour les différentes manifestations ou pour tout simplement se rencontrer et se réunir dans les bistrot, restaurants des allées. Le théâtre au centre est le « centre culturel » de la ville. Les allées mènent à la gare ferroviaire qui est devenue aujourd’hui l’Office de tourisme. La rue du doyen René  Gosse (rue nationale) prolonge ces allées jusqu’au cœur de ville (église). Elles furent construites à la fin du XIX°siècle dans le cadre de l’agrandissement de la ville avec la rue René Gosse (1840) et le boulevard Gambetta (1860).

Read More

LE RHONEL

No Comments

LE RHONEL

Le Rhonel est le ruisseau qui traverse la ville de Clermont l’Hérault. Il était autrefois utilisé pour l’industrie drapière. Le long du ruisseau, le quartier industriel avec ses anciennes usines drapières, tanneries, filatures qui avaient besoin de l’eau pour fonctionner. Ce ruisseau de type méditerranéen coule peu en été mais devenir dévastateur lors de gros orages.

Son lit étroit dans une gorge de 50 m de largeur sur 150 m de longueur, encaissée entre deux parois latérales d’une centaine de mètres. Arrivé à une alti­tude de 38 m, il s’écoule sur une longueur de 7,5 km pour rejoindre la Lergue au « gour » (gouffre) du Rhonel (au pied de la falaise de Ceyras).La topographie de la région Clermontaise, suite aux mouvements du sol consécutifs aux pous­sées opposées des chaînes de Montagnes des Alpes et des Pyrénées ont créé une cassure occa­sionnant la Cluze du Ronel (I).

Read More

LES CHEVAUX AUTREFOIS

No Comments

LE CHEVAL : ANCÊTRE DE L’AUTOMOBILE ET FIDÈLE AMI DE L’HOMME

Au siècle dernier encore, la traction équestre revêtait une grande importance avec toutes sortes de véhicules. Parmi les charrettes (carétas), la plus répandue, celle des cultivateurs, à plateau, tombereau ou à ridelles qui permettait de transporter les outils aratoires : charrues (Lou fourcat), bras de charrue (la rélha), la queue d’Hirondelle (pour couper les végétaux nuisibles), la faux (dailha) , la trinca (outil à pointe) le Bigot, (outil à deux pointes) la  sapa (Houe) et au moment de la récolte les comportes de raisins (samals), les seaux (lou farat ), foins, avoines, les olives, les corbeilles des raisins (œillades, chasselas, servents, madeleines, muscats blancs…). N’oublions pas que la région Clermontaise était un des plus grands producteurs de raisins de table français. Autre modèle du véhicule de nombreux producteurs, « la Jardinière » une voiture légère pour le transport des personnes, des fruits, des olives qui était également utilisée pour des visites à des proches, à l’occasion d’événements (baptêmes, mariages, décès…) absolument nécessaire avant l’apparition de l’automobile.

Read More

SOUVENIRS D’ENFANCE

No Comments

SOUVENIRS D’ENFANCE…

Les Enfants de la « Plaine* »

Les années 60, les années bonheur ou les enfants de la « plaine » (place de République aujourd’hui) « sévissaient ». Nos activités extrascolaires à cette époque là tournaient autour des trocs et combines en tout genre pour assurer notre solde hebdomadaire. Notre principale activité était la vente de produits récoltés dans les collines surplombant Clermont ; vente de lilas, de poireaux sauvages, d’asperges, d’arbouses, de pommettes à la maison de retraite des sœurs gardes-malades rue Louis Blanc (bibliothèque et école de musique aujourd’hui).Nous aidions également le marchand de volailles Delteil à décharger les volailles vivantes qu’il venait d’acheter dans l’Aveyron.

Read More