CLERMONT L'HERAULT

LE CERCLE OCCITAN TEGA-LOS

L’association “Tega-los” a vu le jour le 14 novembre 1996. Son président est Daniel Lafont .Tega-los, cercle occitan du Clermontais est riche aujourd’hui de 120 adhérents et de plus de 200 sympathisants répartis en divers ateliers.

3 ateliers de langue : Initiation à la langue occitane avec Daniel Lafont, Approfondissement de la langue avec René Pourtier, Atelier de thèmes avec Jean-Paul Bringuier.

3 ateliers de danses Pour les adultes débutants, pour les adultes confirmés. Le responsable est Jean-Pierre Rouveyrollis et pour les enfants les responsables sont Valérie Ackerman et Cathy Cassuly.1 atelier de musique traditionnelle responsable Miche Hervet 1 atelier de chant avec comme responsable Louis-Bernard Coupiac.

Cette richesse d’activités permet au groupe d’intervenir dans de nombreuses manifestations de l’Hérault et d’ailleurs et d’animer diverses après-midis et soirées qu’elles soient humanitaires, culturelles, ou tout simplement festives. Leur participation est une façon pour eux, de mettre en pratique leur profession de foi qui est le maintien, la défense, l’apprentissage et la diffusion de langue et des traditions occitanes.

Avant d’être défini par la langue, c’est par la civilisation que l’“Occitan” s’est déterminé.

La civilisation occitane et les troubadours qui, en même temps qu’ils véhiculaient à travers l’Europe l’idée que les hommes sont égaux en droit œuvraient pour LA tolérance et un nouvel amour offrant à la femme et pour la première fois dans l’histoire, une promotion morale et sociale. “Paratge” et respect de l’autre.

Et la langue ? C’est du patois ou de l’occitan ?...

L’occit an est issu du latin populaire qui est la base de toutes les langues romanes et son système orthographique est une adaptation de ce latin populaire et ce jusqu’au XVe siècle où l’occitan est peu à peu chassé de l’école et de la vie administrative. Malgré ces persécutions les occitans parlent toujours leur langue mais perdent leur système orthographique. Pour écrire ils n’ont plus que la référence du système de la langue française. Chaque auteur occitan essaye alors de l’adapter et c’est ainsi que jusqu’au 19e siècle, naissent les graphies “patoisantes”.

L’occitan : Langue ? dialecte ? Patois ?

L’occitan est une langue, mais parlée dans une trentaine de départements du Sud de la France ainsi que dans le Val D’aran espagnol et dans quelques vallées des Alpes italiennes on le qualifie alors de dialecte dans le sens où il est pris comme variante régionale d’une langue, et certains disent patois pour désigner les différentes langues régionales.

Et comment on l’écrit ?....

Transmis oralement de génération en génération, sa diversité est réelle mais c’est surtout dans sa prononciation que l’on trouve l’essentiel de ses différences : le vocabulaire étant majoritairement commun et la grammaire homogène. Sous la houlette de l’IEO (Institut des Etudes Occitanes) c’est donc dans le respect de cette diversité dialectale et pour l’unité de la langue que va s’inscrire le choix de la graphie occitane normalisée. Une graphie officiellement admise pour l’enseignement de l’occitan sur tout le territoire y compris le Val d’Aran et les vallées occitanes d’Italie, une graphie qui permet de lire aussi bien les troubadours dans leur texte que les auteurs ou les chanteurs modernes quel que soit leur dialecte d’expression : Provençal, Languedocien, Gascon et Nord-occitan...).

Le cercle occitan Tega Los, Mickaêla Roques

Photo 071.jpg  

Retour