LE RAISIN DE TABLE A CLERMONT L’HERAULT

No Comments

Clermont l’Hérault et sa région, « Capitale du raisin » de table !

Durant l’été, Clermont et ses environs se transformaient en « capitale » française du raisin de table. Ce dernier a supplanté l’industrie drapière et à permit à la région clermontaise de survivre économiquement quelques décennies. Le terme de « capitale » était sans doute un peu exagéré mais Clermont et ses alentours pouvaient produire jusqu’à 1/3 de la production nationale de raisin de table.

En été, des expéditeurs, des groupeurs surtout de Catalogne s’ajoutaient à ceux vivant à Clermont, (Vidal, Fontz, Planas, Galtier, Maza, Bézayrie, Miro, Blanc, Carréres…) mais Nébian, autre capitale de raisins, attirait des files de coupeuse, trieuses ou emballeuses, et là, presque toutes les remises des rez-de-chaussée étaient pleines de personnel.

Les raisins, recueillis en corbeille, étaient soigneusement triés, débarrassés des grains secs, trop murs, des grains éclatés, et il fallait une certaine dextérité pour ne pas endommager la grappe, qui devait paraître intacte, et ayant conservé sa fleur, c’était le nom de l’impalpable poussière qui recouvrait le grain, et qui au moindre contact manuel laissait une auréole luisante de plus mauvais effet visuel. Les grappillons (petites grappes) étaient rejetées et vinifiées.

La grappe triée était transmise à l’emballeuse qui la posait dans le plateau que l’on avait bordé d’un support en papier festonné et aux couleurs de l’expéditeur, on achevait la mise en place par la « rivière » centrale sur laquelle on installait comme sur un trône 2 ou 3 superbes raisins  il ne restait que l’amener au marché aux raisins, le confier à l’expéditeur – acheteur ou le confier à un transitaire ou groupeur, dans certains cas on le donnait à un mandataire aux Halles, qui tous les jours télégraphiait le prix de vente. Le matin, à la «fraîche» comme on disait, on avait coupé avec un premier tri pour débarrasser les grappes des grains tachés ou coulants, l’après-midi on emballait, au début ce fut dans des corbeilles, puis par la suite dans des plateaux, à un ou deux rangs qui avait l’avantage d’être superposables, alors que les corbeilles, exigeaient pour être surélevées la pose de liteaux en bois afin qu’ils ne glissent pas dans le wagon, mais surtout pour que les raisins ne soient pas abîmés pendant le transport.

C’était une activité extrêmement lucrative, un vrai pactole pour le Clermontais qui avait su devenir une des régions française ou l’on produisait le plus  à la fois par l’importance de son marché aux Raisins ( début en 1934, interruption pendant la guerre et reprise après), la qualité de sa production, mais aussi par les capacités de transport données par la gare de Clermont, où partait chaque jour deux trains de wagons.

A souligner l’important effort de promotion que faisait le Syndicat d’initiative qui installait au bout des allées du Tivoli une station uvale où l’on pouvait déguster du raisin et boire du jus de raisin.

On commençait par le raisin précoce «La Madeleine», mi-juillet, puis le Chasselas on s’arrêtait pour les vendanges du noir (Aramon, Morastel, Hybride, Carignan) on recommençait le raisin par la noire oeillade (la bien nommée par la forme de son grain en amende) et on terminait par le Servent, en Octobre, on avait auparavant vendangé le Bourret Blanc et Cris et terminé par la Clairette, le tout s’étalant presque sans interruption jusque longtemps après la rentrée des classes qui était ouverte le 1er Octobre.

Il y avait d’ailleurs une tolérance de la part de l’instruction publique qui ne pénalisait pas les élèves attardés à rentrer et qui faisait un gros effort soutenu par leurs instituteurs attentionnés et soucieux de faire rattraper les enfants de pauvres. Pendant près de 15 jours pour ne pas pénaliser les retardataires on faisait des lectures, des révisions, enfin on meublait le temps.

Cet argent bénéfique avait une conséquence un peu déplorable, en effet le méridional, et le Clermontais en particulier étant assez joueur, on voyait apparaître pour les Fêtes du pioch, de la gare, de la Coutellerie, de la Frégère, de Rougas, les Biribis et les Monacos  où l’on misait gros, comme les jeux d’argent étaient, soi-disant interdits, pour la forme on installait sur une étagère dans la baraque, quelques kilos de sucre qu étaient les lots officiels. Tout cela sous l’œil des gardes ou gendarmes qui passaient droits comme un «i» sans daigner jeter un regard latéral.

Les vendanges à l’époque ne bénéficiaient pas des moyens mécanisés actuels, malgré les longues heures de travail et du temps consacré au transport pour arriver sur le lieu de récolte elles se déroulaient la plupart du temps dans une ambiance très particulière qui faisait oublier la fatigue et les conditions climatiques parfois très dures.

Read More