L’ANCIEN THEATRE DE CLERMONT

No Comments

L’ANCIEN THÉÂTRE

Au temps du petit écran chez soi, au temps de la multiplication des loisirs,il est bien difficile de s’imaginer l’intérêt des Clermontais pour leur théâtre. Il avait été précédé probablement, de salles paroissiales(style l’ancienne Perséverance) ;nous apprenons que l’Eglise du Couvent des Dominicains (Les Pénitents) désaffectée à la Révolution devenait une salle de spectacle le Samedi 14 Fructidor An XII, et l’on y joua  » Le retour de voyage du Pére de famille « ,elle continua  a cette destination jusqu’en 1806. Le nouveau théâtre fut construit en 1856,  avec un groupe  présidé par Jules Cremieux,sous l’instigation d’Isidore Rouquet,avec le concours très actif de Gustave Delpon (le célèbre librettiste et pamphlétaire ) qui s’y ruina.C’est ainsi que la   municipalité racheta cet édifice en 1872 pour en faire un Théâtre Municipal. Il fonctionna jusqu’au  26/3/62 , la dernière pièce jouée fut Horace (de Racine) par la Comédie de Provence. La dernière entrée publique eut lieu le 14/3 1965 comme bureau de vote pour les élections Municipales.

Read More

ARTISTES ET METIERS AMBULANTS ET HISTORIETTES

No Comments

LES ARTISTES ET METIERS AMBULANTS

A Clermont nous avions un couple très pittoresque qui parcourrait les rues et placettes pour vendre les textes et musique des nouvelles chansons, leur spécialité étaient celles relatant les drames d’actualité, c’est ainsi que nous connaissions celui de Violette Nozière (Violette Nozière, assassin, fille de rien, qui a tué son père) chantant des drames de petits noyés, elle prononçait les «pipis noyés » ce qui déclenchait les rires de l’assistance au grand dam d’Augusta qui les invectivait reprochant leur manque de sensibilité devant ce malheur, puis sur Landru, la Bande à Bonnot, sans oublier «Les roses blanches» de Berthe Sielva. C’était Augusta, la soeur, qui chantait accompagnée à l’accordéon par son frère, ce dernier nous intriguait car amputé des deux jambes il avait comme prothèses des pilons en bois. Nous avions parfois des saltimbanques, montreur d’ours, danseurs, acrobates, qui récoltaient les piécettes, aussi les petits cirques, mais parfois sur la place de la Gare les grands cirques «Amar, Bouglione, Pinder…» qui nous présentaient en «clou de la soirée» Buffalo Bill, Ladoumègue… qui venait d’être disqualifié…

Read More