COLLIOURE ET LE FAUVISME

No Comments

COLLIOURE ET LE FAUVISME

Au pied des Pyrénées et de la Méditerranée, le village de Collioure est la perle de la cote Vermeille catalane. A quelques kilomètres de l’Espagne, cet ancien petit port de pêche vous séduira par ses monuments emblématiques, ses ruelles intimistes, ses artistes peintres, sa nature environnante. Un village à découvrir sans tarder.

Résultat de recherche d'images pour "photo collioure libre de droit"

crédit photo Dreamstine

Read More

VALRAS PLAGE

No Comments

VALRAS PLAGE

GENERALITES

Superficie : 234 hectares

Population : 4500 habitants, 80000 personnes en été

Situation : embouchure de l’Orb, proximité de Béziers et de Narbonne.

La capitale régionale Montpellier n’est pas très loin ainsi que l’ Espagne.

Le Mont Canigou est visible par temps clair qui fait parti de la chaîne des Pyrénées.

Read More

SETE

No Comments

SETE, LA VENISE DU LANGUEDOC

Sète est connu pour être la ville du célèbre chansonnier GEORGES BRASSENS et du poète PAUL VALERY. La ville est aussi le principal port commercial de l’Hérault. Il y a également des liaisons maritimes vers les Baléares et le Maghreb. Le mont Saint clair  domine la ville et la plaine littorale de l’Hérault.

Read More

LES CHEVAUX AUTREFOIS A CLERMONT L’HERAULT

No Comments

LE CHEVAL : ANCÊTRE DE L’AUTOMOBILE ET FIDÈLE AMI DE L’HOMME

Au siècle dernier encore, la traction équestre revêtait une grande importance avec toutes sortes de véhicules. Parmi les charrettes (carétas), la plus répandue, celle des cultivateurs, à plateau, tombereau ou à ridelles qui permettait de transporter les outils aratoires : charrues (Lou fourcat), bras de charrue (la rélha), la queue d’Hirondelle (pour couper les végétaux nuisibles), la faux (dailha) , la trinca (outil à pointe) le Bigot, (outil à deux pointes) la  sapa (Houe) et au moment de la récolte les comportes de raisins (samals), les seaux (lou farat ), foins, avoines, les olives, les corbeilles des raisins (œillades, chasselas, servents, madeleines, muscats blancs…). N’oublions pas que la région Clermontaise était un des plus grands producteurs de raisins de table français. Autre modèle du véhicule de nombreux producteurs, « la Jardinière » une voiture légère pour le transport des personnes, des fruits, des olives qui était également utilisée pour des visites à des proches, à l’occasion d’événements (baptêmes, mariages, décès…) absolument nécessaire avant l’apparition de l’automobile.

Read More

SOUVENIRS D’ENFANCE

No Comments

SOUVENIRS D’ENFANCE…

Les Enfants de la « Plaine* »

Les années 60, les années bonheur ou les enfants de la « plaine » (place de République aujourd’hui) « sévissaient ». Nos activités extrascolaires à cette époque là tournaient autour des trocs et combines en tout genre pour assurer notre solde hebdomadaire. Notre principale activité était la vente de produits récoltés dans les collines surplombant Clermont ; vente de lilas, de poireaux sauvages, d’asperges, d’arbouses, de pommettes à la maison de retraite des sœurs gardes-malades rue Louis Blanc (bibliothèque et école de musique aujourd’hui).Nous aidions également le marchand de volailles Delteil à décharger les volailles vivantes qu’il venait d’acheter dans l’Aveyron.

Read More

LA VIE QUOTIDIENNE AUX SIECLES DERNIERS

No Comments

LA VIE QUOTIDIENNE CLERMONTAISE AUX SIECLES DERNIERS

La population :

En 1698, le diocèse de Lodève comptait 26700 personnes, en 1737, 28360 habitants et en 1761, 28521 diocésains. Le gros de la population était à Lodève et Clermont. Au XVIII°, la ville se divisait en deux parties : Rougas qui correspondait au centre ancien et les nouveaux quartiers appelés Saint Paul car ils se situaient autour de l’église. Les tisserands étaient situés au Pioch dans les ruelles de la ville haute autour de Gorjan. Non loin de la mairie, rue de la poulaillerie, (1) il y avait les fabriques de chapeaux. Les tanneries se situaient rues des Calquières.

Read More

ANCIENNES COUTUMES CLERMONTAISE

No Comments

ANCIENNES COUTUMES CLERMONTAISE

Médecines populaires :

Pour faire tomber la fièvre : Il fallait aller à la fontaine avant le lever du soleil, tremper 5 petits chiffons  dans l’eau, on lavait le mal en disant « Fiévre lâche , tus qué fas tan dè ravaché, yeou  ne farais maï que té négaré ( Fièvre va-temps, toi qui fait tant de ravages, moi j’en ferais davantage je te noierai)

Read More

L’ANIMAL TOTEMIQUE DE CLERMONT L’HERAULT

No Comments

LE CHEVAL BAYARD

II s’agissait d’un mannequin figurant sur un cheval monté par 4 cavaliers armés. Il dissimulait sous sa jupe recouverte de vraie peau, comme pour le Cheval de Troie plusieurs porteurs. Il était sorti pour toutes les fêtes votives, et autour de lui les gentes demoiselles clermontaises, vêtues du costume traditionnel, dansaient les danses lan­guedociennes, en particulier celle des Treilles.

Read More

L’ECLAIRAGE D’ANTAN A CLERMONT L’HERAULT

No Comments

L’ECLAIRAGE D’ANTAN

Nous ne remonterons pas aux antiques lanternes qui fonctionnaient à l’huile, en 1772 des lanternes étaient installées dans certaines rues, elles étaient données à bail, le bailleur qui outre la fourniture de tous les ingrédients, huile, mèches, devrait les garnir tous les jours, entretenir boites et cordages et tenu à les éclairer sauf les 6 jours mensuels de pleine lune . Il y eut ensuite l’éclairage à l’acétylène, (produit par le contact de l’eau avec le carbure de calcium (1) qui s’ajoutait à celui ancestral des quinquets et des bougies, qui existent encore (2) et des lampes à pétrole, vers la fin du 19ème siècle.

Read More